Barack Hussein Obama: l’histoire cachée

obama_youth_04

Note de la rédaction: cet article, dont le lien est en fin de texte, a été publié sur un site US. Les informations qu’il contient ne sont pas des accusations; il s’agit de recoupement d’informations, destinées à proposer une version alternative de l’histoire personnelle du président actuel des USA. La rédaction du blog décline toute responsabilité quand aux implications judiciaires possibles, avancées dans l’article, et à leur interprétation. Cet article a été publié pour fournir un point de vue différent, mais semblant réellement digne d’intérêt, sur la personne qui se cache derrière le personnage de Barack Obama.

Derrière les gestes de la main, les sourires, les téléprompteurs et shoots photo pour la com’, personne ne sait vraiment qui est le président des USA! Pourquoi les archives universitaires d’Obama sont-elles encore « scellées » (cachées)? Personne ne peut savoir quels sont les cours qu’il a suivis, les matières qu’il a étudiées, ou les écrits qu’il a pu rendre. Personne ne le connaissait ou se souvient de lui à Columbia University.

Fox News a contacté 400 ex-étudiants de Columbia de l’époque où Obama prétend y avoir été, mais aucun d’entre eux ne se souvient de lui. Personne n’avait entendu parler de lui à la réunion d’anciens élèves. La photo d’Obama n’est pas dans le trombinoscope de l’Université. Obama a constamment refusé de parler des ses années à Columbia, de fournir des dossiers de sa formation, ou les noms d’anciens élèves ou d’amis de Columbia. Pourquoi? Parce qu’il n’y a jamais été!

Le vrai nom d’Obama est Barry Soetoro. Il s’est servi du nom « Barry Soetoro » pour recevoir une aide financière en tant qu’étudiant étranger venant d’Indonésie dans une formation diplômante aux USA. La transcription officielle a été fournie par Occidental College, en accord avec une décision judiciaire.

Le mentor d’Obama

Dans les mémoires d’Obama, « Dreams from my Father » (« Rêves de mon Père », ndlr), Frank Marshall Davis est identifié comme étant le « mentor » d’Obama. Qui est Frank Davis? Frank Davis était un photographe amateur, un activiste radical du black power, un membre du parti communiste et un défenseur de la légalisation de la pédérastie (relation sexuelle anale entre un homme adulte et un jeune garçon).

Frank Davis avait déménagé à Honolulu (Hawaii) depuis Chicago en 1948 avec sa deuxième femme Helen Canfield Davis, une jetsetteuse blanche de Chicago et co-militante communiste. Frank Davis eut cinq enfants et divorça de sa femme blanche communiste en 1970.

Des soupçons furent éveillés selon lesquels Frank Davis est le vrai père de Barack Obama lorsqu’il fut découvert que Davis avait été l’auteur d’une autobiographie porno hard intitulée « Sex Rebel: Black« . Cet ouvrage fut publié en 1968 par Greenleaf Classics, sous le pseudonyme d’auteur Bob Greene.

En médaillon, Ann Dunham, d’après une photo reconnue; à côté, la même personne…?

Le livre porno de Frank Davis relate la vie de Davis à Chicago et à Hawaii. Il a écrit dans l’introduction du livre que bien qu’il ait « changé les noms et les identités, tous les événements décrits sont tirés d’expériences réelles. »

Davis décrit un épisode d’échangisme avec un couple de Seattle, et comment sa femme et lui ont eu des rapports répétés avec une fille mineure prénommée « Anne ».

Comme les parents d’Ann Dunham (la mère d’Obama, ndlr) vivaient à Seattle et connaissaient bien Davis, le couple échangiste auquel Davis fait référence est-il celui des parents d’Ann (les grands-parents d’Obama)?

Les grands-parents maternels de Barack Obama, qui sont originaires du Kansas (où ils connaissaient aussi Frank Davis), ont déménagé à Seattle où sa mère fut inscrite à Mercer Island High School.

Après avoir obtenu son diplôme de fin d’études, Ann Dunham avait la réputation d’être une « gauchiste radicale confirmée ». Sa camarade de classe Susan Blake l’a décrite comme une fille qui « ne sortait jamais avec les garçons blancs. » Après son diplôme, Ann Dunham suivit ses parents à Hawaii en 1960 où ils renouèrent avec Frank Davis. Le père d’Ann, Stanley Dunham, et Frank Davis étaient des amis proches. Ils buvaient du whisky ensemble, fumaient de l’herbe et couraient les femmes des quartiers de prostituées d’Honolulu. Stanley Dunham a élevé Barry Soetoro (Obama) et le laissait parfois seul avec Frank. Ceci a mené à des spéculations selon lesquelles Obama ait pu être sexuellement molesté par Frank Davis, qui soutenait ouvertement la pédérastie.

Frank Marshall Davis

Frank Davis était un journaliste et photographe amateur qui se proclamait lui-même bisexuel, un voyeur exhibitionniste, légèrement intéressé par le sado-masochisme, et tirant une satisfaction sexuelle du « bondage, du viol simulé, et de se faire fouetter ou uriner dessus. » Ses photos de la mère d’Obama nue auraient été prises dans l’appartement de Frank Davis autour de 1960, ce qui est quand Obama fut conçu. Les photos ont été trouvées dans l’album photo de Davis.

Le scénariste Joel Gilbert possède des preuves photographiques comme quoi Frank Davis est l’homme qui a pris les photos nues de ce qui ressemble à la mère de Barack Obama. Des photos montrent Frank Davis assis sur le même canapé que celui devant lequel Ann pose, nue.

Un mariage arrangé

Selon la biographie officielle de Barack Obama, sa mère tomba enceinte de Barack Obama Sr. en novembre 1960, et l’épousa en février 1961. Mais Andy Martin, connu comme celui qui a « donné naissance au birthers’ movement » (mouvement qui réfute la nationalité US d’Obama, ndlr), affirme que Frank Marshall Davis est celui qui a engendré l’enfant d’Ann Dunham. Frank Davis était déjà marié à une riche jetsetteuse blanche, et il a donc payé un étudiant de l’Université d’Hawaii dénommé Barack Obama pour en prendre la responsabilité. En acceptant un mariage blanc et en épousant Dunham, Barack Obama Sr. pouvait résider légalement aux USA. Il n’aurait pas emmené sa nouvelle famille avec lui s’en retourner au Kenya, parce qu’il avait déjà une femme et deux autres enfants là-bas. De plus, son père désapprouvait de son mariage avec Dunham.

Les noces de Dunham et Obama Sr. étaient clairement un mariage arrangé. Ils n’ont jamais vécu ensemble après leurs noces et n’ont jamais partagé la même adresse. En fait, presque tout de suite après la naissance d’Obama, Dunham partit pour l’état du Washington et Obama Sr. s’en alla à Harvard, une année plus tard.

Dans son autobiographie, « Dreams from my Father« , Barack Obama décrit Frank Davis comme une « image de père » et un mentor. Avant son inscription à l’Université, il a écrit un poème au sujet de Davis intitulé « Pop ». Chaque fois qu’Obama avait besoin de conseils dans ses années adolescentes, les grands-parents se tournaient invariablement vers Davis pour fournir ces conseils.

Obama a passé une bonne partie de sa jeunesse éloigné de sa mère qui épousa Lolo Soetoro en 1966. Soetoro était un colonel des forces armées indonésiennes et avait travaillé avec le dictateur installé par la CIA, le général Suharto, pendant le coup d’état en Indonésie qui tua entre 250.000 et 1 million de personnes. Lolo Soetoro fut récompensé par un poste de choix chez Exxon. Lolo Soetoro a-t-il adopté Barack Obama? Si c’est le cas, pourquoi Obama a-t-il refusé de rendre publiques ses archives d’adoption?

Peu de choses sont connues sur la mère blanche d’Obama ou sa grand-mère hors les détails fournis par Obama ou ceux qui le suivaient. La mamie blanche d’Obama, Madelyn Dunham, est devenue vice-présidente de la Bank of Hawaii peu après être arrivée sur l’île. Le journaliste d’investigation Wayne Madsen rapporte qu’elle supervisait des comptes bloqués (blanchiment d’argent) que le gouvernement US utilisait pour financer des activités « grises » ou « noires » liées à la drogue à travers l’Asie. Mamie était clairement plus qu’un simple engrenage dans la machine.

La mère d’Obama a travaillé pour le père de Timothy Geithner – Peter Geithner, comme chef de projet à la Ford Foundation. Elle a développé le programme de micro-crédits de la Ford Foundation en Indonésie. Son fils qui est maintenant président des USA, a embauché Timothy Geithner comme Secrétaire au Trésor! Timothy Geithner avait auparavant travaillé pour Henry Kissinger.

Le conseiller de Barack Obama à la sécurité nationale, Jim Jones, déclare que Henry Kissinger dicte la politique étrangère et de sécurité nationale d’Obama en donnant des ordres quotidiens. « Je prends mes ordres journaliers du Dr. Kissinger… Nous avons une chaîne de hiérarchie au National Security Council… », dit Jones. (Voir le discours de la Maison Blanche en ligne)

Le groupe sanguin de Barack Obama

Officiellement, Stanley Anne Dunham donna naissance à Barack Obama à Honolulu le 4 août 1961… mais les archives officielles de l’Université de Washington prouvent qu’elle était, ce mois-là, à des milliers de kilomètres de là à Seattle où elle suivait des cours.

Pourquoi le président Obama a-t-il perpétuellement refusé de publier des documents qui puissent y fournir une explication?

Parce qu’un authentique certificat de naissance et les dossiers médicaux révèleraient son groupe sanguin et celui-ci prouverait peut-être que Barack Obama Sr. n’est pas son vrai père.

La route vers la Maison Blanche

Voici les événements qui menèrent à l’ascension fulgurante d’Obama vers la Maison Blanche et qui désignent Frank Marshall Davis comme celui qui a engendré Obama:

La route d’Obama vers la Maison Blanche fut pavée par Frank Marshall Davis et Bill Ayers. La polémique sur le certificat de naissance a détourné l’attention de l’identité du vrai père d’Obama. Niall Kilkenny de Reformation Online rapporte que, « quelque part entre 1927 et 1948, Frank Marshall Davis a été recruté comme agent spécial ou comme indic pour le FBI. En tant que journaliste, Davis avait l’opportunité parfaite pour savoir ce qui se passait à Chicago. En tant que sympathisant noir gauchiste communiste, personne ne l’aurait jamais soupçonné de s’être associé avec le FBI d’extrême droite. »

À Occidental College à Los Angeles, Obama traînait avec des « philosophes marxistes » et assistait à des « conférences socialistes ». Entre-temps, sa mère trouva un poste avec USAID et la Ford Foundation, les deux servant de vitrines pour la CIA et la Rockefeller Foundation.

En 1981, Obama, un soi-disant étudiant pauvre issu d’une famille recomposée, voyagea en Indonésie, à Karachi au Pakistan, et à Hyderabad, en Inde. De nombreux enquêteurs avancent que la CIA a financé ces voyages. Le fil d’actualité bien documenté de Don Ferderick montre que, alors qu’il était au Pakistan, l’hôte d’Obama, Muhammadian Soomro, était lié à la notoire Bank of Credit and Commerce (BCCI), qui était impliquée dans du « blanchiment d’argent, des pots-de-vin, du soutien au terrorisme, de la fraude fiscale, de la contrebande et l’immigration illégale. » Ils ont aussi travaillé main dans la main avec la CIA.

La prochaine destination d’Obama, à son retour aux USA en 1981, fut New York City et l’Université de Columbia. Où Obama a-t-il trouvé l’argent pour être inscrit à une fac’ de l’Ivy League? Selon sa biographie officielle, Obama a obtenu son diplôme à Columbia en 1983… Mais il y a quelque chose de bizarre qui ressort de cette époque. Suite à des questions posées par le New York Times sur ses études en licence, Obama a « décliné des demandes répétées d’évocation des ses années à New York, de publication de ses transcriptions à Columbia, ou même pour mettre un nom sur un seul collègue étudiant, de travail, colocataire ou ami de ces années. »

Les archives universitaires et les transcriptions d’Occidental, Columbia et Harvard ont toutes été scellées et retenues à la publication – tout comme son certificat de naissance « officiel » a été scellé et retenu à la publication par le gouverneur de Hawaii.

Le pote terroriste d’Obama – Bill Ayers

William Ayers, à l’époque du « Weather Underground »

Ce que nous savons du temps passé par Obama à Columbia est qu’il vivait à quelques pâtés de maisons du terroriste du Weather Underground William Ayers, et que tous les deux assistaient à des réunions socialistes à la Cooper Union au début des années 80. Plus important, Frank Marshall Davis était un ami proche du père d’Ayers, Thomas, à Chicago, et aurait fait en sorte qu’Obama rencontre Bill Ayers à son arrivée à New York.

Zbigniew Brzezinski, apôtre du Nouvel Ordre Mondial

Encore plus inquiétant est le fait qu’Obama ait également fait la connaissance et été appuyé par Zbigniew Brzezinski à cette époque. Brzezinski est membre du CFR et co-fondateur de la Commission Trilatérale avec David Rockefeller. Alors dites-moi, de quelle façon un pauvre jeune étudiant d’une famille brisée arrive-t-il à avoir pour mentor l’un des hommes les plus puissants du monde? Brzezinski fut l’un des tous premiers à soutenir la campagne d’Obama pour la présidence, puis servit de conseiller à sa politique étrangère durant sa campagne.

Entre Columbia et son pèlerinage jusqu’à Chicago, Obama travailla pour la Business International Corporation, une vitrine de la CIA qui se spécialisait dans le recrutement d’agitateurs de gauche à utiliser comme pions. Dans un livre récent intitulé « Barack and Michelle« , l’auteur à succès Christopher Anderson avance qu’Ayers est le réel auteur de « Dreams from my Father » d’Obama. « La prosodie du récit, des références étrangement spécifiques, des figures de style et des thèmes comportent une ressemblance dérangeante à l’écriture d’Ayers lui-même. »

La carrière politique d’Obama fut lancée par un appel de fonds initié au domicile de Bill Ayers et de Bernadine Dohrn. Là, la sénatrice Alice Palmer annonça qu’elle se désistait de son poste et qu’elle sélectionnait Obama elle-même comme son successeur. Dans « The case against Barack Obama » (le dossier contre Barack Obama, ndlr), le chercheur David Freddoso plaide que la sénatrice Alice Palmer « avait été identifiée par le FBI comme étant payée par les Soviétiques dans les années 80″ et assisté au 27ème Congrès du parti communiste.

Valerie Jarrett est décrite comme « les yeux et les oreilles » d’Obama. Son grand-oncle est Vernon Jordan, membre du Bilderberg depuis longtemps et sa mère, Barbara Taylor Bowman, a nommé Tom Ayers – le père de Bill Ayers – au conseil de tutelle de l’Erickson Group. Le beau-père de Valerie Jarrett – Vernon Jarrett – a travaillé pour le même journal à tendance communiste – le Chicago Defender – que Frank Marshall Davis. Vernon Jarrett est devenu le premier auteur afro-américain du Chicago Tribune et assuma un dossier au Chicago Sun-Times où il se servait de ses colonnes pour promouvoir la superstar montante – Barack Obama.

Le mariage arrangé de Barack avec Michelle

Obama fit la rencontre de son épouse Michelle au cabinet d’avocats de Sidley Austin, où Valerie Jarrett l’avait embauchée. L’un des gros clients de la firme était Tom Ayers (le père de Bill Ayers), pendant que le mentor de Michelle était Bernadine Dohrn – l’épouse de Bill Ayers. Par la suite, Jarrett engagea Michelle Robinson (maintenant Michelle Obama) pour travailler dans la machine politique du maire Daley, et est citée comme la raison pour laquelle Barack se rendit à Chicago. Dans ce but, l’un des associés de Davis – Bill Ayers – attira Obama à Chicago d’un côté, pendant qu’un autre contact de Davis – Valerie Jarrett – attira Michelle d’un autre. Une fois de plus, les similarités avec la « relation organisée » entre Bill et Hillary Clinton ne peuvent être contestées.

Jarrett avait également de proches relations avec son comparse, le seigneur des taudis Tony Rezko (la tirelire d’Obama), et fut la première personne citée pour remplir le siège vacant de sénateur d’Obama (qui mena au scandale pay-to-play Blago). Judicial Watch la mentionne comme l’un des 10 politiciens les plus corrompus du pays (les USA bien sûr, ndlr), et elle fut celle qui accompagna Michelle Obama à Copenhague pour faire la dernière promotion de Chicago comme hôte des Olympiades de 2016. Dernièrement, Jarrett rameuta Van Jones, communiste de son propre aveu comme « tsar » des emplois verts, complétant aussi le cercle intime d’Obama avec David Axelrod, Rahm Emanuel &Co.

Cet article ne prouve pas que Frank Marshall Davis est le père de Barack Obama, pas plus que d’autres histoires qui soutiennent que Malcolm « X » ait pu l’engendrer. Sans un certificat de naissance d’origine, les spéculations iront bon train. Toutefois, Frank Marshall Davis cultiva toutes les racines ci-dessus mentionnées dès le début des années 20. Il était l’un des éléments cruciaux du lancement du parti communiste et ses connexions profondément assises ont catapulté Barack Obama à la présidence en 2008.

Source: http://www.helpfreetheearth.com/news597_obamafather.html



Catégories :International

Tags:, , , , , , , , ,

1 réponse

  1. voilà je pense que ce ci est une enquête serieuse et professionnelle mais pas tres convaicante tout simplement parce qu’il n y a pas de temoignage meme anonyme d un voisin ou d une connaissance des figures de cette article( que ce soit du coté de la famille maternelle de barack ou alors de franc marchal davis) . de plus je sui un peu perdu, si on ne retrouve pas les traces du passage de barrack à colombia une chose est sûr! il n est pas tombé du ciel alors personne n a pu l identifier là où il a vraiment fais ses etudes (camarade de classe ou camarade de chambre). je trouve cette enquête pas du tout cinvaicante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 656 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :